jeudi 11 mai 2017

Publication scientifique en Biologie Marine - Equipes de Physiologie et d'Ecophysiologie

La modélisation, un outil pour mieux comprendre la résistance des coraux face à l'acidification des océans

Les recherches en laboratoire de même que les observations de terrain montrent à la fois que les coraux sont parmi les organismes les plus sensibles à l’acidification des océans et qu’il existe de larges variations de tolérance selon les espèces. Les travaux précédemment publiés par les équipes du Centre Scientifique de Monaco sur une espèce de corail résistante à l’acidification ont mis en évidence qu’une partie de cette résistance dépendait de la capacité de l’animal à réguler la chimie des carbonates dans le milieu calcifiant extracellulaire où le squelette est produit. Cependant aucune étude n’avait encore permis de généraliser ce processus à plusieurs espèces de coraux.

La présente étude, issue d’une collaboration étroite entre les équipes de Physiologie et d’Écophysiologie du département de Biologie Marine du CSM, et pilotée par un chercheur post-doctorant spécialiste de la modélisation, aujourd’hui Maître de Conférences à l’Université de Nice-Sophia Antipolis, le Dr Virginie Raybaud, apporte une solution mathématique au problème. Ainsi les paramètres de la chimie des carbonates, en particulier l'état de saturation de l'aragonite (Ωarag) et la concentration des ions du système carbonaté ont pu être déterminés chez plusieurs espèces de coraux confirmant que la capacité à réguler la chimie des carbonates au site de calcification amortit l'effet de l'acidification. Ce processus permet en partie d’expliquer pourquoi certaines espèces de coraux continuent de produire un squelette dans une eau de mer où les conditions sont peu favorables.

Cette étude, publiée dans le Journal of Theoretical Biology, permet en plus de fournir à la communauté internationale une nouvelle méthode, facile à mettre en œuvre pour calculer le paramètre crucial qu’est l'état de saturation de l'aragonite au site de calcification et met en valeur l’atout majeur du Centre Scientifique de mener des approches pluridisciplinaires pour répondre à de grandes questions biologiques.

© A. Gori (CSM)
Desmophyllum diantus
  

© E. Tambutté (CSM)
Porites spp.

© A. Dias Mota (CSM)
Acropora spp.

© A. Dias Mota (CSM)
Stylophora pistillata

© S. Reynaud (CSM)
Cladocora caespitosa

Etude réalisée en analysant les données de six études publiées dans la littérature concernant quatre espèces de coraux tropicaux 
Desmophyllum dianthus, Porites spp. , Acropora spp., Stylophora pistillata et le corail tempéré Cladocora caespitosa

 

 


Pour plus d’informations, consulter www.centrescientifique.mc ou contacter :

- Dr Virginie Raybaud, Maître de Conférences à l'Université de Nice Sophia Antipolis (virginie.raybaud@unice.fr)

- Pr Denis Allemand, Directeur Scientifique du Centre Scientifique de Monaco (allemand@centrescientifique.mc

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer