mardi 12 septembre 2017

La Gazette de Monaco - Septembre 2017

Comment une bactérie est devenue indispensable aux chercheurs ?

Cette chronique aborde normalement la diversité du vivant en présentant le résultat du travail des chercheurs. Mais ces études ne pourraient avoir lieu sans un équipement technique dont l’évolution permanente permet à la recherche de progresser. Cette chronique et les suivantes aborderont cet aspect souvent mal connu de la recherche scientifique. Ce premier volet présente la technique clé de la série télévisée des « Experts », la PCR, qui permet à partir d’un cheveu de déterminer l’auteur d’un crime… et bien d’autres choses. Comme le microphone qui amplifie la voix, la PCR amplifie l’ADN normalement présent en quantité infime.

 

La découverte en 1953 de la structure de l’ADN par James Watson et Francis Crick allait bouleverser la recherche scientifique en permettant d’accéder à l’information génétique contenue dans cette molécule, véritable bibliothèque du vivant. Mais pour accéder à cette information, de grandes quantités d’ADN étaient nécessaires pour déterminer une à une les « lettres » qui codent l’information génétique (c’est-à-dire les quatre bases nucléiques, adénine, cytosine, guanine et thymine ou respectivement A, C, G, T). Cette limitation sera levée par l’invention d’une technique d’amplification de l’ADN appelée " amplification en chaîne par polymérase " ou encore " réaction de polymérisation en chaîne " (en anglais Polymerase Chain Reaction ou PCR), inventée en 1986 par le biochimiste américain Kary Mullis, qui travaillait à l’époque pour la société de biotechnologie Cetus Corporation. Il obtiendra le Prix Nobel de Chimie en 1993 pour cette découverte.

 

Professeur Denis Allemand

Directeur scientifique du Centre Scientifique de Monaco

La Gazette de Monaco - Septembre 2017 page 1/2

© CSM
La Gazette de Monaco - Septembre 2017 page 2/2