mercredi 20 décembre 2017

Publication scientifique en Biologie Polaire

L'isolation thermique des manchots royaux juvéniles : un défi énergétique majeur lors de leurs premières années en mer.

Alors que les stratégies de recherche alimentaire des manchots royaux adultes sont relativement bien connues, il n’existait, jusqu’à présent, aucune information concernant les adaptations physiologiques mises en place au cours de leurs premières expériences en mer. Pourtant, cette transition terre-mer est probablement l’une des phases les plus critiques de leur vie. En plus de devoir trouver des sites d’alimentation favorables, il leur faut en effet développer des comportements et tactiques efficaces de recherche de nourriture ainsi que des capacités physiologiques qui leur permettent de capturer suffisamment de proies pour répondre à leurs besoins énergétiques.

Pour étudier le développement de leurs réponses thermorégulatrices en mer, 30 poussins de 11 mois ont été équipés de petits enregistreurs de données en position en sous-cutanée qui ont collecté des données de pression et de température sous-cutanée en continu sur près de 2 ans et demi. Des changements importants dans le développement de la régulation de la température périphérique des manchots juvéniles ont pu être identifiés au cours de leur première année en mer. La température périphérique pendant des épisodes d’alimentation est tombée à des niveaux de plus en plus faibles au cours des six premiers mois en mer, après quoi elle s'est stabilisée. Les résultats suggèrent que, plutôt que d'être une conséquence simple des changements simultanés dans l'effort de plongée ou une indication d'un processus de maturation physiologique, ces variations saisonnières de la température sous-cutanée reflètent également des différences individuelles d'isolation thermique. Les estimations de la perte de chaleur pour les juvéniles au cours de leur séjour en mer étaient élevées initialement, mais elles ont diminué de moitié après environ 6 mois en mer, ce qui suggère que les manchots juvéniles font face à un défi énergétique important au cours de leur première expérience en mer.

© C. Le Bohec (CSM / CNRS)
Manchot royal de 12 mois arborant son nouveau plumage adulte imperméable sous quelques touffes de duvet résiduelles. Le mois suivant, il expérimentera son premier séjour en mer et ses premières plongées de plus près de 200 mètres de profondeur pour capturer ses premières proies.

 

 

 


Pour plus d'informations, consulter www.centrescientifique.mc ou contacter :

- Dr Céline Le Bohec, Chargée de recherche CNRS / CSM / LIA BIOSENSIB (clebohec@centrescientifique.mc)

- Dr Victor Planas-Bielsa, Chargé de recherche CSM / LIA BIOSENSIB (victor.planas@centrescientifique.mc)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer