mercredi 28 mars 2018

Publication scientifique en Biologie Médicale- Equipe Mécanismes de résistance aux thérapies ciblées

Découverte d’un nouveau marqueur prédictif de la sensibilité aux traitements dans les cancers du rein métastatiques

Les cancers du rein métastatiques sont malheureusement incurables. Cependant, une recherche active dans le domaine a permis le développement de nombreux médicaments au cours des dix dernières années. La thérapie de référence actuelle, le sunitinib, détruit les vaisseaux sanguins tumoraux nécessaires à l’apport en oxygène et en nutriments. Malgré son efficacité, les patients traités rechutent après une période qui est très variable et qui peut être de quelques mois ou de plusieurs années. Anticiper ces rechutes permettrait d’administrer aux patients des traitements disponibles de l’arsenal thérapeutique avant la progression des malades. Cette stratégie permettrait de chroniciser la maladie voire à terme de la guérir si des marqueurs d’échappement thérapeutique anticipent les rechutes.

L’équipe « Mécanismes de résistance aux thérapies ciblées » dirigée par le Dr Gilles Pagès, en collaboration avec l’équipe du Dr Isabelle Vilgrain du CEA de Grenoble, a mis en évidence un tel marqueur dans le plasma de patients atteints de cancers du rein métastatiques et traités par le sunitinib. La présence de ce marqueur, la VE cadhérine soluble, pourrait être facilement dosée en service hospitalier et constituerait un « test compagnon » de l’efficacité du traitement.

 


Pour plus d’informations, consulter www.centrescientifique.mc ou contacter :

- Dr Maéva Dufies, Chercheur post-doctoral dans l'Equipe 'Mécanismes de résistance aux thérapies ciblées', Département de Biologie Médicale, Centre Scientifique de Monaco (mdufies@centrescientifique.mc)

- Dr Gilles Pagès, Chargé de Mission dans l'Equipe 'Mécanismes de résistance aux thérapies ciblées', Département de Biologie Médicale, Centre Scientifique de Monaco (gpages@unice.fr)