lundi 12 février 2018

La Gazette de Monaco - Février 2018

Le génome du corail Stylophora pistillata élucidé

Grâce à l’évolution des techniques moléculaires et du séquençage, l’étude des génomes (c’est-à-dire de la totalité de la séquence d’ADN contenue dans les chromosomes d’un organisme) est devenue, ces dernières années, de plus en plus importante. Depuis le premier génome séquencé, celui de la bactérie Haemophilus influenzae en 1995, environ 1 300 génomes d’animaux et plus de 130 000 génomes de bactéries ont été séquencés.

 

En décembre 2017, les chercheurs du Centre Scientifique de Monaco en collaboration avec l’Université King Abdullah des Sciences et Technologies (KAUST) en Arabie Saoudite et l’Université Libre de Bruxelles ont publié le génome du corail Stylophora pistillata dans la revue Scientific Reports, un journal en ligne du groupe Nature.
 
Les « complexes » séquencés 
Les coraux sont apparus il y a environ 430 millions d’années et ont évolué en deux grandes familles, appelées « robustes » et « complexes », il y a environ 245 millions d’années. Le génome d’un représentant des coraux de la famille des « complexes », celui du corail Acropora digitifera, a été séquencé en 2011. Alors que l’on pensait ces animaux « primitifs », l’étude de ce premier génome a démontré qu’il contenait autant de gènes que celui de l’homme (environ 23 000) et que son système immunitaire était aussi complexe que le nôtre. Cette étude démontrait également que le génome humain était curieusement beaucoup plus proche de celui du corail que de celui des organismes modèles en génétique comme la mouche drosophile.

Professeur Denis Allemand

Directeur scientifique du Centre Scientifique de Monaco

La Gazette de Monaco - Février 2018 page 1/2

La Gazette de Monaco - Février 2018 page 2/2