lundi 26 février 2018

Le Dr Hilmi, économiste de l'environnement, participe à la réunion du GIEC à Quito

Nathalie Hilmi, économiste de l'environnement au Centre Scientifique de Monaco, a participé à la deuxième réunion des auteurs du rapport du GIEC avec 100 experts de plus de 30 pays, à QUITO, en Équateur, du 12 au 16 février 2018 pour travailler sur la rédaction du Rapport spécial sur l'Océan et la Cryosphère dans le cadre d’un changement climatique.
Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) est l'organe des Nations Unies pour l'évaluation de la science liée au changement climatique. Il a été créé par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM) en 1988 pour fournir aux dirigeants politiques des évaluations scientifiques périodiques sur les changements climatiques, leurs implications et leurs risques, ainsi que des stratégies d'adaptation et d'atténuation. Il compte 195 États membres.

© GIEC-IPCC
L'ensemble des auteurs du SROCC (Special Report on Ocean Cryosphere and Climate Change), Quito, Équateur

Le rapport sur l'Océan et la Cryosphère est l'un des trois rapports spéciaux que le GIEC publiera au cours des deux prochaines années. Le rapport sera finalisé en septembre 2019. La réalisation de ce rapport avait été fortement défendue par S.A.S. le Prince Souverain Albert II, Sa Fondation, le Gouvernement Princier et la « Plateforme Océan et Climat ».
"Les auteurs du GIEC évaluent la littérature scientifique sur les changements dans l'océan et les parties gelées de notre planète, leurs effets sur les écosystèmes et l'humanité et les options pour s'y adapter" a déclaré Ko Barrett, vice-président du GIEC. "Ce rapport aidera les décideurs à mieux comprendre les changements que nous observons et les risques pour les vies et les moyens de subsistance qui pourraient survenir avec les futurs changements climatiques."
Le rapport est préparé par le groupe de travail I du GIEC, qui évalue les bases scientifiques du changement climatique, et le groupe de travail II, qui traite des impacts, de l'adaptation et de la vulnérabilité. "L'océan et la cryosphère jouent un rôle essentiel dans le système climatique et les services écosystémiques dont dépend l'humanité", a déclaré Hans-Otto Poertner, coprésident du Groupe de travail II du GIEC.
Nathalie Hilmi a également été nommée experte pour réviser le rapport sur le réchauffement climatique de 1,5°C, un rapport spécial du GIEC sur les impacts du réchauffement climatique de 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels et des voies d'émission de gaz à effet de serre dans le monde dans le contexte de la réponse à la menace du changement climatique, du développement durable et aux efforts d'éradication de la pauvreté (à finaliser en octobre 2018).

© GIEC-IPCC
Les femmes du GIEC pour le rapport SROCC (Special Report on Ocean Cryosphere and Climate Change), Quito, Équateur


Pour plus d’informations, consulter www.centrescientifique.mc ou contacter :

- Dr Nathalie HilmiResponsable de la thématique Economie Environnementale, Département de Biologie Marine, Centre Scientifique de Monaco (hilmi@centrescientifique.mc). 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer